Maine-et-Loire, le magazine de votre département - 35 : Décembre 2015

Archives

Toutes les vidéos

Collapse

Uncollapse

AD49_FilmEchire.jpg l’Anjou façon Downton Abbey dans le film muet réalisé à partir des photographies de l’abbé Baraize.

Les belles vacances au Plessis-Chivré en vidéo

Les connaissez-vous ?

Parmi les enfants d’Anjou, certains ont laissé leur nom dans l’Histoire.

Les Archives départementales ont choisi d’en présenter huit à l’occasion de l’exposition : Joachim Du Bellay, Jeanne Delanoue, François-Yves Besnard, Marie‑Sophie Le Royer de Chantepie, Alfred de Falloux, Gaby Morlay, Joseph Wrezinski, Ménie Grégoire.

Agenda

Un riche programme d’animations destinées aux petits et aux grands accompagne l’exposition : conférences, ateliers, concert, spectacle jeune public…

Des visites commentées sont organisées, à 15 heures, tous les mercredis et sur rendez‑vous pour les groupes.

Programme complet sur archives49.fr.

Pratique

« L’enfance en Anjou »,
jusqu’au 4 mars 2016.

Entrée libre, du lundi au vendredi,
de 9 heures à 18 heures.

106 rue de Frémur, Angers.
02 41 80 80 00

Retour En avant

Exposition

Il était une fois l’enfance en Anjou

La nouvelle exposition des Archives départementales revisite le monde de l’enfance à travers l’histoire. Elle s’appuie sur de riches écrits et documents issus de leurs collections, dont un étonnant album photographique.

Château du Plessis-Chivré, 1902. C’est ici, près d’Étriché, que la famille de Quatrebarbes passe ses vacances d’été. Auprès d’elle, le jeune abbé Henri Baraize, féru de photographie, qui va réaliser, durant deux ans, un reportage sensible et amusé. Loin des traditionnels clichés posés, ses images simples et lumineuses restituent les jeux espiègles des enfants (Bernard, Harry, Joé et Annick) que l’abbé n’hésite pas à mettre en scène. On les voit, dans le parc, s’amuser à saute-moutons ou pigeon vole, mais aussi mimer une cérémonie religieuse ou la guerre, état d’esprit d’une époque marquée par la présence forte de l’armée et de l’Église.


Du XVIe à nos jours

Façon Downton Abbey, la célèbre série anglaise relatant le quotidien d’une riche demeure et de ses habitants, on y découvre, guidé par les commentaires de l’abbé, la vie de château en Anjou : les maîtres, leurs promenades en barque et leurs parties de pêche, mais aussi le travail des domestiques et des fermiers installés sur les terres.


À partir de cet album, légué en 2007 aux Archives départementales par une vieille dame qui le tenait de sa grand‑mère, amie de la famille de Quatrebarbes, a été réalisé un petit film muet, à déguster en préambule de l’exposition « L’enfance en Anjou ». Jouets anciens, vêtements d’autrefois, récits, textes officiels… De nombreux autres documents y témoignent de l’évolution du regard porté sur l’enfant et de la place qui lui est attribuée dans la société, du XVIe siècle à nos jours.


Naissance, droits, éducation, enfants abandonnés sont autant de thèmes abordés. Celui du travail aussi, puisqu’au XIXe siècle, le département est particulièrement concerné avec ses usines textiles et ses mines d’ardoise et de fer. Si l’âge des enfants employés s’élève au fil du temps, il faudra attendre 1973 pour que l’Organisation internationale du travail proclame l’interdiction du travail avant la fin de scolarité obligatoire.


Les belles vacances au Plessis-Chivré en vidéo Les connaissez-vous ?

Pratique Agenda

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo_splash_V2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même