Maine-et-Loire, le magazine de votre département - 47 : Janvier-Février 2018

Archives

Toutes les vidéos

Collapse

Uncollapse

Pascal-Rophe-4---credit-Marc-Roger-copie-2.jpg Pascal Rophe. © Marc Roger.

En chiffres

3 territoires

sont concernés cette saison : Mauges Communauté, la Communauté d’Agglomération du Choletais, et Saumur Val de Loire. Six autres intercommunalités en bénéficieront dans les trois prochaines années.

13 concerts

sont prévus à Beaupréau, à Chemillé-en-Anjou, à Cholet, au May-sur-Èvre, à Saumur et à Doué-la-Fontaine.

97 musiciens

composent l’ONPL, recrutés dans le monde entier, et dont la moitié est basée en Maine-et-Loire.

Êtes-vous romantique ?

C’est le thème choisi par Pascal Rophé pour sa quatrième année à la tête de l’ONPL. Une saison riche en intensité et en émotion, portée par les oeuvres de Berlioz, Liszt, Debussy, Strauss…

Retour En avant

Musique

Désacraliser l'orchestre

À l’initiative du Département, l’Orchestre national des Pays de la Loire (ONPL) va se produire aux quatre coins de l’Anjou. Des concerts enrichis de temps d’échanges et de rencontres avec les musiciens, comme l’explique son directeur musical Pascal Rophé.

Pourquoi avoir lancé les « Résidences de l’ONPL en Anjou » ?

Pascal Rophé : « Le projet était sous-jacent depuis longtemps. Notre orchestre est un outil de rayonnement national et international avec une grande exigence artistique. Mais il est aussi un outil de terrain que les élus souhaitaient voir davantage partager aux habitants, pour qu’il puisse bénéficier à tout le monde. »


Comment vont-elles se dérouler ?

P.R. : « Des rencontres, des temps d’échanges, des répétitions publiques sont organisés autour de chaque concert avec des collégiens, des élèves des écoles de musique, des habitants... Dans les Mauges, le programme a été construit pour permettre aux jeunes de l’Orchestre symphonique d’assurer la première partie avec nos musiciens. Toutes ces actions sont bâties en fonction des attentes et des possibilités des territoires qui nous accueillent, nous sommes déjà en pleine réflexion pour la saison prochaine. »


Qu’est-ce que cela change pour l’ONPL ?

P.R. : « Nous avons intégré ces échanges dès la conception de la saison afin que la phalange angevine puisse rayonner au mieux dans les territoires. Les musiciens ont tout de suite adhéré au projet, à la nécessité de partager leur musique. L’enjeu est d’assurer une transmission, un avenir. Le contact avec les professionnels permet d’humaniser, de désacraliser l’orchestre. Il y a encore trop de blocages. C’est à nous de faire tomber ces barrières. Les gens ont trop souvent l’impression que la musique classique n’est pas faite pour eux. Il n’y a pas besoin d’être un connaisseur pour apprécier un concert et la beauté d’une oeuvre. »

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo_splash_V2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même