Maine-et-Loire, le magazine de votre département - 50 : Juillet-Août 2018

Archives

Toutes les vidéos

Collapse

Uncollapse

_AMA0971.jpg © Département 49

Les photographes de l'inventaire

Très vite, la photographie s’est avérée indispensable dans la mission de l’Inventaire du patrimoine. À chaque étude est associée une campagne systématique de prises de vues par un photographe professionnel. En Anjou, un fonds d’environ 130 000 clichés a ainsi été développé au fil des opérations. D’abord en noir et blanc puis en couleurs, argentiques puis numériques, ces photographies jouent un rôle essentiel de mémoire et de documentation. Prenant en compte l’édifice remarquable comme le plus modeste objet, elles permettent de dresser un véritable portrait du département et d’illustrer la diversité de ses richesses.

Retour En avant

Exposition

50 ans de patrimoine révélés

À l’occasion de l’anniversaire de l’Inventaire du patrimoine en Anjou, le Département dévoile une sélection de photographies issues d’un fonds de 130 000 clichés.

« De la petite cuillère à la cathédrale ». Selon cette formule restée célèbre, les services de l’Inventaire du patrimoine arpentent le département depuis 50 ans. Leurs missions : recenser, étudier et faire connaître tout ce qui constitue le patrimoine de l’Anjou. C’est à l’été 1968 que le Maine‑et‑Loire s’est engagé dans l’aventure lancée sur toute la France, quatre ans plus tôt, par le ministre de la Culture André Malraux. Sous l’égide de l’État, puis aujourd’hui du Département dans le cadre d’une convention avec la Région, de nombreuses études ont été et sont encore conduites, du Segréen au Saumurois, des Mauges au Baugeois.

À l’image de cette serrure remarquable du château de Boumois à Saint‑Martin‑de‑la‑Place datant du XVIe siècle, édifices et objets sont soigneusement répertoriés, puis analysés par l’équipe de chercheurs et de photographes. 12 000 notices historiques et descriptives d’édifices ou d’objets sont consultables en ligne par le public. On y trouve tout ce qui contribue à façonner l’identité de l’Anjou : fermes et châteaux, églises et vitraux, mais aussi usines et machines témoins d’une activité industrielle plus récente.



Le Coteau saumurois et la Confluence Maine‑et‑Loire ont récemment fait l’objet d’inventaires (ci-dessous la photo d'une gloriette à Bouchemaine, pavillon de jardin caractéristique des bords de Loire). Très complets, ces diagnostics qui mêlent architecture, patrimoine et paysage constituent de précieux supports pour l’aménagement futur des territoires. Cet été, une étude va débuter sur la commune nouvelle de Mauges‑sur‑Loire.



Exposition visible jusqu’au 16 septembre à la collégiale Saint-Martin (Angers) et sur les grilles de l’Hôtel du Département.

En images Les photographes de l'inventaire

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo_splash_V2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même