Maine-et-Loire, le magazine de votre département - 49 : Mai-Juin 2018

Archives

Toutes les vidéos

Collapse

Uncollapse

shutterstock_617858426-2.jpg

Bon à savoir

Une femelle moustique-tigre peut pondre jusqu’à 3 000 larves durant son existence ! La meilleure façon de se protéger est d’éviter sa prolifération. Le moustique-tigre se développe dans l’eau, même dans les plus petites quantités, autour des habitations dans un rayon d’environ 100 mètres. D’où l’importance d’éliminer tous les endroits où l’eau peut stagner.

Adopter des gestes simples et efficaces

  • Vider une fois par semaine les soucoupes, vases, seaux.

  • Enlever tous les objets abandonnés dans le jardin ou sur la terrasse qui peuvent servir de récipient.

  • Vérifier le bon écoulement des eaux de pluie (gouttières…).

  • Remplir les soucoupes des pots de fleurs avec du sable.

  • Entretenir le jardin, débroussailler, tailler, ramasser les fruits tombés et les déchets végétaux.

  • Couvrir toutes les réserves d’eau.

Comment signaler sa présence ?

Vous pensez avoir observé un moustique-tigre, vous pouvez agir et le signaler !

• Connectez-vous sur le site Internet signalement-moustique.fr
• Utilisez l’application iMoustique via votre smartphone.
• Contactez directement l’EID Atlantique sur son site Internet eidatlantique.eu ou par téléphone au 05 46 88 12 34.

Retour En avant

Environnement

Le moustique-tigre sous haute surveillance

Après avoir colonisé 42 départements, le moustique‑tigre arrive en Maine‑et‑Loire. Le meilleur moyen de lutter contre cet insecte invasif est d’éviter sa prolifération.

Comment le reconnaître ?


Nom scientifique

Aedes albopictus

Particularités

Rayé noir et blanc**

Taille

5-10 mm de haut

Origine

Asie du Sud-Est

Localisation

Arrivé dans le Sud de la France depuis 2004 ; il a été repéré pour la première fois en Maine-et-Loire en 2016.

Nuisance

Le moustique-tigre est particulièrement agressif. Il pique le jour et sa piqûre peut être douloureuse. Il peut, dans certaines conditions particulières, être vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya ou le Zika. Les risques sont très faibles, car il n’est pas porteur direct de virus. Il le devient uniquement s’il a piqué au préalable une personne déjà infectée par une de ces maladies, généralement contractées en zones tropicales.

Pourquoi est-on vigilant en Maine-et-Loire ?


Depuis le 1er mai 2018, le département est passé en niveau « 1 » du Plan national de lutte contre la dissémination de la dengue et du chikungunya. Concrètement, cela signifie que le moustique-tigre est implanté et actif. Il n’y a pas d’épidémies sur le territoire, mais sa présence appelle une vigilance active de la part de tous les citoyens pour ralentir sa prolifération, car il peut être vecteur de maladies tropicales.

Quel dispositif de surveillance ?


Le Département est chargé de la surveillance et de la lutte entomologiques. Elle consiste à détecter la présence du moustique-tigre le plus tôt possible, avec la mise en place d’un réseau de pièges permettant de suivre son évolution. Des traitements ponctuels de sites infectés peuvent aussi être réalisés.Cette surveillance active s’effectue durant la période d’activité du moustique, du 1er mai au 30 novembre. Elle est déléguée à l’EID Atlantique, un organisme spécialisé qui agit déjà dans d’autres départements. 250 000 euros vont y être consacrés chaque année.

Bon à savoir Adopter des gestes simples et efficaces Comment signaler sa présence ?

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo_splash_V2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même