Maine-et-Loire, le magazine de votre département - 36 : Mars 2016

Archives

Toutes les vidéos

Collapse

Uncollapse

DEP49_VISITEPUERICULTRICEPMICORALIEPILARD_9.jpg A la MDS de Doué-la-Fontaine, la puéricultrice prend le temps d‘échanger avec les parents sur les soins et le développement du bébé.

Diaporama sonore

En chiffres

56% des personnes interrogées jugent leur rôle de parent difficile (sondage TNS-Sofres, 2011).

134 professionnels médico-sociaux exercent dans les services de PMI,dont 73 puéricultrices, 20 médecins, 13 infirmières,8 psychomotriciennes, 2 psychologues…

9 665 naissances en Maine-et-Loire en 2014. Pour 39 % des femmes, il s’agit d’un premier enfant.

9 198 consultations réalisées par les médecins de PMI auprès des enfants de moins de 6 ans en 2014.

DEP49_SAUMUR_FrancoiseDamas_2015-copie.jpg
Françoise Damas, secrétaire départementale déléguée à l'enfance et la famille.

Parole d'élue

A l'image du travail considérable réalisé par nos professionnels dans les maisons départementales des solidarités, notre collectivité joue un rôle majeur dans le soutien à la parentalité. C'est un axe fort de notre politique de prévention, qui a été confirmé comme une priorité dans le projet de mandature Anjou 2021 - Réinventons l'avenir, avec deux points de vigilance. D'abord, dans un devoir d'équité, notre intervention doit se réaliser sur l'ensemble du territoire départemental, sans oublier les zones les plus rurales.


Nous devons également développer encore plus de synergies entre les différents partenaires et les acteurs du soutien à la parentalité pour nous assurer de la pertinence des actions menées. C'est tout le sens de la convention signée dernièrement entre le Département et la Caisse d'allocations familiales. Elle illustre le principe d'une action concertée visant à promouvoir une politique sociale et familiale départementale ambitieuse et partagée, au profit de l'ensemble des habitants de Maine-et-Loire.

Françoise Damas, secrétaire départementale déléguée à l'enfance et la famille

24042014-atelierBebePMIchemille-CoraliePILARD5.jpg
Les actions collectives menées dans les MDS sont l‘occasion pour les parents d‘échanger entre eux et avec des professionnels.

C'est compliqué d'être parent, ça se construit chaque jour.

Florence Babion, puéricultrice à la Maison départementale des solidarités de Doué-la-Fontaine

Retour En avant

Parentalité

Être parent, ça s'apprend

Devenir parent, quel bonheur et quelle aventure ! Le quotidien auprès de jeunes enfants peut cependant être source de doutes, d’interrogations ou d’inquiétudes. Privilégiant la prévention, le Département met à votre disposition des professionnels pour vous guider, vous soutenir et vous conseiller.

En ce jeudi après‑midi de janvier, Louise Grampeix, sage-femme de la Protection maternelle et infantile (PMI) à la Maison départementale des solidarités (MDS) de Segré, reçoit Mélodie et Jérôme. Dans un mois et demi, la vie de ce jeune couple sera rythmée par l’arrivée d’un premier enfant. Plutôt sereins face à l’heureux évènement qui se profile, les futurs parents apprécient les réponses et les conseils à leurs ultimes interrogations.


« Nous ne connaissions pas les services de la PMI, admet la jeune femme. En tout début de grossesse, j’ai reçu un courrier m’indiquant que des professionnels pouvaient m’accompagner avant la naissance et jusqu’aux six ans de l’enfant, à la MDS de Segré. Je trouve ce suivi très intéressant. Il permet d’avoir des consultations intermédiaires avec celles du gynécologue et un accompagnement différent. » Présent à tous les rendez-vous, le père confirme : « Ici, on ne parle pas uniquement de l’aspect médical. Et puis, c’est bien d’avoir plusieurs avis. En tant que papa, j’ai besoin de comprendre ce qui se passe pour mieux me projeter et créer déjà un lien avec le bébé à venir. »


Des consultations accessibles à tous


Comme Mélodie, chaque future mère est systématiquement informée, dès sa déclaration de grossesse, de la possibilité de consulter sans avance de frais, sur rendez-vous ou à domicile, des professionnels de la PMI : sages‑femmes, médecins, puéricultrices… « Les parents en devenir se posent déjà beaucoup de questions, souligne Louise Grampeix. Est-ce que je vais y arriver ? Est-ce que je fais le mieux pour mon enfant ? Je leur explique qu’il n’existe pas de mode d’emploi universel pour être parent. Notre rôle est de les rassurer, de les accompagner pour qu’ils réussissent à s’adapter aux différentes situations, et de les orienter si besoin vers le professionnel qui répondra le mieux à leurs préoccupations. »


En 2014, les neuf sages‑femmes du Département ont réalisé 1 249 visites à domicile et 506 demi‑journées consultations en MDS. Souvent premières interlocutrices dans le soutien à la parentalité, elles interviennent jusqu’à la naissance, avant de passer le relais à une puéricultrice ou à un médecin.


Dédramatiser, valoriser, orienter


L’arrivée d’un enfant, a fortiori lorsqu’il s’agit du premier, constitue un changement important dans la vie d’un couple. « C’est compliqué d’être parent, reconnaît Florence Babion, puéricultrice à la MDS de Doué‑la‑Fontaine. Ça s’apprend, ça se construit chaque jour. » Les premiers soins du nourrisson, l’allaitement, le sommeil et, un peu plus tard, la diversification alimentaire suscitent de nombreuses questions. Dans la majorité des cas, les parents ont d’abord besoin d’être rassurés sur leurs compétences.
En complémentarité des autres professionnels (pédiatre, médecin généraliste, médecin de PMI…), la puéricultrice accompagne les familles, veille à la santé et au bon développement de l’enfant. « Est‑ce que mon lait est bon ? Suis-je une bonne mère ? Que puis‑je faire en tant que père ? Voici autant d’interrogations récurrentes, témoigne Florence Babion. Sans les juger, nous les aidons à exercer leur rôle de parents en expliquant les besoins du bébé. Mais nous sommes là, avant tout, pour les valoriser. On observe, on oriente. Notre regard extérieur, professionnel, permet de distancer les choses et de créer un climat de bienveillance. »


Échanger avec d'autres parents


Dédramatiser et prendre conseil en partageant son expérience avec d’autres parents, c’est aussi l’un des objectifs des actions collectives menées dans les MDS du département.
Ainsi est né « Stop aux parents blues » à La Pommeraye. « Je fais partie des parents à l’origine de cette initiative, explique Nadège Boré, habitante de Chaudron‑en‑Mauges. Je recherchais d’autres mamans avec qui je pouvais échanger sur la façon d’éduquer nos enfants. Sous la forme de débats, on aborde tous les sujets liés à la parentalité, de l’alimentation à l’autorité. Nous avons même créé un jeu autour de l’éducation. »
Lancé il y a deux ans, ce rendez‑vous mensuel est coordonné par une puéricultrice, deux assistantes sociales et une éducatrice de prévention.
Cette dernière, Angéline Guibreteau, souligne : « Ces rencontres permettent à certaines mamans, un peu isolées, de sortir de chez elles, d'échanger librement avec d'autres parents. Elles peuvent venir avec leur enfant en bas âge. La puéricultrice propose des ateliers d'éveils pour les enfants non scolarisés. »


Que ce soit à l'occasion de ces actions collectives ou lors des des consultations individuelles, en MDS et à domicile, les professionnels du Département interviennent dans une approche essentiellement préventive. Le but est de développer les conditions nécessaires à l'épanouissement de l'enfant et au bien‑être des familles.


En chiffres Consultation d'une sage-femme de PMI à la MDS de Segré Parole d'élue

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo_splash_V2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même