Maine-et-Loire, le magazine de votre département - 37 : Mai 2016

Archives

Toutes les vidéos

Collapse

Uncollapse

TULIK_A_ok.jpg Coureur professionnel depuis 2012, Angelo Tulik a débuté au Saumur cyclisme avant de rejoindre l’Entente Vélocipédique Angers Doutre, où il est toujours licencié comme amateur.

En vidéo

Retour En avant

Interview

« Il y a de quoi s’éclater »

Coureur de l’équipe Direct Énergie, Angelo Tulik espère intégrer pour la deuxième fois le peloton de la Grande Boucle qui traversera, cet été, le Maine‑et‑Loire où il a grandi.

Quelle a été ta réaction quand tu as su que le Tour de France 2016 allait faire étape dans le Maine‑et‑Loire ?

Angelo Tulik : « J’étais très content. Ça fait toujours plaisir de savoir que le Tour de France traverse le département où tu as grandi et où vit encore ta famille. Il y a longtemps qu’il ne s’était pas arrêté ici. Vraiment, c’est top, d’autant plus qu’il y a deux villes‑étapes : Angers et Saumur. »


Seras-tu au départ de cette 103e édition, le 2 juillet prochain ?

A.T. : « J’espère, mais pour l’instant, je ne sais pas. Seuls les leaders sont à peu près certains d’y être. Pour les autres, il faudra attendre la décision des dirigeants de l’équipe au mois de juin. L’année dernière, je n’ai eu la réponse définitive qu’au lendemain des championnats de France, soit trois jours avant de partir sur le Tour. »


Que représente le Tour de France pour toi ?

A.T. : « Une grande fête populaire à laquelle on participe dès qu’elle passe près de chez soi. On va voir la caravane, les coureurs. Quand on est gamin et que l’on aime le vélo, on a une seule envie, c’est d’être à leur place. »


Ce rêve d’enfant, tu l’as réalisé pour la première fois l’an passé, quelles images gardes‑tu ?

A.T. : « L’arrivée sur les Champs‑Élysées a quelque chose de magique. Et puis, la fin de l’étape du contre‑la‑montre par équipe en Bretagne avec cette foule impressionnante sur le bord de la route. »


Quels sont tes premiers souvenirs de vélo en Maine‑et‑Loire ?

A.T. : « Les sorties avec mon père. Tout petit, je passais mon temps sur un vélo. Mon père a recherché des clubs autour de Beaufort‑en‑Vallée, où nous habitions. À 9 ans, j’ai débuté à l’école de vélo de Saumur cyclisme. »


À un ami qui ne connaît pas notre département et qui souhaiterait s’y balader à vélo, quel itinéraire lui conseillerais‑tu ?

A.T. : « Je lui dirais de suivre l’itinéraire de La Loire à Vélo, c’est très bien indiqué et vraiment sympa. Il peut y avoir du monde le week‑end aux beaux jours, mais le parcours est agréable. Sinon, pour le VTT, direction les Mauges. Il y a de quoi s’éclater dans le département. »


Quelles étaient tes routes d’entraînement préférées en Maine‑et‑Loire ?

A.T. : « Quand on a 9-10 ans, on ne va pas très loin de chez soi. Une sortie de 20 km, c’est déjà bien. En fait, je n’ai pas tant roulé dans le Maine‑et‑Loire puisqu’à 17 ans j’ai rejoint La Roche‑sur‑Yon pour le sport‑études. Mais je connais bien les routes, notamment dans le Baugeois où il est agréable de rouler dans les forêts, à l’abri du vent. Il y aussi les Mauges si l’on veut un peu plus de relief. »


Est-ce qu’il t’arrive de te balader à vélo, en famille, entre amis sur les routes ou les sentiers de Maine‑et‑Loire ?

A.T. : « Pas vraiment, mon emploi du temps ne le permet pas. Tous les week-ends sont pris, et je reviens seulement de temps en temps dans le Maine‑et‑Loire. Plus jeune, j’ai participé une fois à la Fête du vélo. »

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo_splash_V2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même