Maine-et-Loire, le magazine de votre département - 37 : Mai 2016

Archives

Toutes les vidéos

Collapse

Uncollapse

image_dossier_parcourstour.jpg Les 4 et 5 juillet, les coureurs du Tour de France parcourront 84,5 km en Maine‑et‑Loire.
DEP49_BEAUFORT_PhilippeChalopin_2015_resize.jpg
Philippe Chalopin,vice-président et président d'Anjou Tourisme

Parole d'élu

« Qu'elle soit pédestre, équestre, fluviale ou plus particulièrement cyclable, l’itinérance est un axe fort de notre stratégie touristique, à l’image de la campagne de valorisation lancée il y a quelques semaines. Le Département, en lien avec le Comité départemental du tourisme, facilite l’émergence de projets. Il accompagne les territoires qui souhaitent développer des sentiers cyclables, et apporte son soutien financier pour le balisage, l’entretien et la valorisation des parcours.


Ces itinéraires s’adressent bien évidemment aux touristes friands de randonnée nature, mais aussi aux habitants de Maine-et-Loire, qui découvrent, sous un jour différent, les richesses patrimoniales et naturelles de l’Anjou. Ces aménagements favorisent les déplacements doux et non polluants. Ils offrent une circulation sécurisée et simplifiée aux habitants qui empruntent quotidiennement certains tronçons reliant des quartiers ou des communes. »

Philippe Chalopin,
vice-président en charge du tourisme et président d’Anjou Tourisme

En chiffres

Plus de 600 km d’itinéraires cyclables en Maine-et-Loire.


3,3 millions d’euros consacrés par le Département à l’aménagement d’itinéraires cyclables depuis 2009.


178 prestataires labellisés Accueil vélo en Anjou : hébergements, sites touristiques, ateliers de réparation…

En savoir +

Consultez le site Web dédié au cylcotourisme
anjou-velo.com


Et le site Web d'Anjou Tourisme
anjou-tourisme.com

Retour En avant

Promotion du territoire

Ça roule en Anjou !

Passage du Tour de France, 20e anniversaire de la Fête du Vélo, 6e édition d'Anjou Vélo Vintage, nouveaux itinéraires… Le Maine‑et‑Loire envoie du braquet cet été et s’affirme, une fois encore, comme une destination de choix pour le tourisme cycliste.

Passé furtivement dans le nord du département en 2013, le Tour de France n’avait plus fait étape dans le Maine‑et‑Loire depuis un contre‑la‑montre individuel disputé autour de Cholet en 2008. Huit ans plus tard, la Grande Boucle est de retour en Anjou, pour une escale prolongée. Le 4 juillet, Angers accueillera l’arrivée de la troisième étape partie le matin de Granville. Le lendemain, le peloton s’élancera de Saumur, direction Limoges, pour la plus longue étape de ce Tour 2016 (232 km)


À travers ce passage remarqué sur les routes angevines, la Grande Boucle renoue avec une longue tradition remontant aux origines de l’épreuve. En effet, en 1903, pour la toute première édition, les forçats de la route traversèrent le Maine‑et‑Loire de nuit, à l’occasion de la 6e et dernière étape, entre Nantes et Paris. En 1967, Angers fut même le théâtre du premier prologue de l’histoire du Tour. La cité du roi René fut 18 fois ville‑étape, dont la dernière en 2004. À Saumur, il faut remonter à 1987 pour voir le peloton s'arrêter sur les bords de Loire.


Le Département ouvre la route du Tour

Cette année, le peloton parcourra 84,5 km en Maine‑et‑Loire, dont 66,2 km sur les routes départementales. En collaboration avec l’organisateur Amaury Sports Organisation, le Département mobilise ses équipes pour assurer la sécurité tout au long du parcours.


Les Agences techniques départementales du Lion‑d’Angers et de Doué‑la‑Fontaine sont sur le pont depuis le mois de mars. Mi‑juin, elles disposeront sur le parcours des panneaux d’informations et d’indications d’itinéraire de déviation. Elles identifieront et sécuriseront les différents obstacles : têtes d’îlots, giratoires… Le jour J, les agents du Département seront affectés aux carrefours les plus importants en soutien aux forces de l’ordre chargées de la sécurité. Des équipes « volantes », constituées d’un véhicule léger, d’une tonne d’eau et d’un camion‑grue seront également déployées. Au total, 50 agents départementaux sont mobilisés, sans compter ceux des villages départ et arrivée, à Angers et à Saumur, sur le stand de l’Association des départements de France.


L’Anjou, royaume de la petite reine

Les 4 et 5 juillet, l’Anjou n’aura pas le temps de dévoiler tous ses charmes aux coureurs et aux suiveurs pressés par le temps. Mais il compte bien profiter de l’exceptionnelle exposition médiatique offerte par cet événement sportif, le plus suivi derrière les Jeux olympiques et la Coupe du monde de football. Avec ses routes à faible dénivelé, son patrimoine naturel et culturel exceptionnel, l’Anjou se révèle comme un royaume pour la petite reine et une destination de choix pour le tourisme cycliste.

Connecté à plusieurs itinéraires nationaux ou internationaux, à l’image de la réputée Loire à Vélo ® ou de la petite dernière Vélo Francette ®, qui relie la Normandie à l’Atlantique, le Maine‑et‑Loire possède un réseau important de routes cyclables. Depuis 2009, le Département encourage et participe au développement de ce maillage en tant que maître d’ouvrage ou en accompagnant les différentes collectivités.


Cette année encore, une nouvelle centaine de kilomètres vient d’ouvrir. Deux boucles (76 km et 65 km) voient le jour dans le Sud Saumurois. En deux ou trois jours, ces deux parcours promènent le visiteur au cœur du vignoble et des troglodytes de plaine, jalonnés de caves, de carrières, de fermes et de villages. Plus au nord, la très agréable voie verte De Loir en Loire sera prolongée cet été, du centre de Baugé à Saint‑Martin‑d’Arcé.


Une offre touristique complète

Hébergement, location de vélo, réparation, navette fluviale ou ferroviaire, transfert de bagages pour les séjours itinérants… De nombreux accueils et services dédiés aux cyclistes fleurissent le long des itinéraires. Le label Accueil vélo, affiché par 178 sites ou professionnels du tourisme, garantit une prestation de qualité et des équipements adaptés. « Les cyclotouristes ont souvent besoin d’un local pour mettre leur vélo à l’abri et le nettoyer si besoin, explique Sandrine Le Haut, propriétaire de chambres d’hôtes à Grez‑Neuville affichant ce label. Ils sont aussi en attente d’indications sur le temps qu’il faut pour aller d’une étape à une autre, sur les lieux où ils vont pouvoir se restaurer. On peut également leur fournir le minimum en cas de pépins mécaniques ou solliciter un taxi pour transporter leurs bagages afin qu’ils puissent voyager plus librement. »


Preuve est faite qu’entre amis, en famille, pour une balade dominicale, une sortie sportive ou une randonnée au long cours, ça roule toujours en Anjou.


En vidéo : Le parcours complet Philippe Chalopin En chiffres En images En vidéo : Chambres d'hôtes labellisées En savoir +

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo_splash_V2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même