Maine-et-Loire, le magazine de votre département - 48 : Mars-Avril 2018

Archives

Toutes les vidéos

Collapse

Uncollapse

DEP49_TERRABOTANICA_BERTRANDBECHARD_02_ER.jpg

Édito

REDIM-DEP49_CGILLET_BERTRANDBECHARD_22.jpg

« Investir pour l’avenir »

L’Assemblée départementale vient d’adopter le budget 2018. Quelles en sont les principales orientations ?

Christian Gillet : « C’est un budget de sincérité, d’efficacité mais également ambitieux que nous avons établi pour 2018. Il est totalement cohérent avec nos engagements et la trajectoire volontariste que nous nous sommes fixés depuis le début de la mandature. D’abord, parce qu’il rend possible, et ce pour la 2e année consécutive, la poursuite du désendettement de notre collectivité. Ensuite, parce qu’il permet de ne pas augmenter les impôts et de préserver ainsi le pouvoir d’achat de nos concitoyens. Parce qu’il nous autorise enfin, et c’est fondamental pour l’économie de l’Anjou, à maintenir un bon niveau d'investissement ».

Le Département demeure sur un rythme élevé en matière d’investissements. Quels sont les priorités dans ce domaine ?

C.G. : « Nous affichons, en effet, cette année encore un haut niveau d'investissement. C’est important pour la modernisation de notre département, pour son attractivité. C’est important pour les services offerts à nos habitants. C’est également important pour nos entreprises et pour l’emploi. Avec un objectif de commande publique de 60 millions d’euros pour 2018, nous allons ainsi pouvoir lancer de grands projets indispensables et attendus dans les domaines des routes, des collèges ou de l’enfance. Sans oublier le déploiement de la fibre optique. Un chantier hors norme qui va débuter cette année, et qui va permettre à chacun, depuis n’importe quel lieu de notre territoire, d’accéder à l’Internet Très haut débit ».

Le dossier de ce numéro revient sur l’étude, conduite par le cabinet de référence Pro Tourisme, sur l’impact socio‑économique de Terra Botanica. Quels enseignements retirez-vous ?

C.G. : « Terra Botanica, huit ans après sa création, a désormais pris sa pleine dimension. Avec plus de 260 000 visiteurs, le parc est aujourd’hui le premier site touristique de Maine-et-Loire. Il est en outre une véritable locomotive pour le tourisme en Maine‑et‑Loire. Son impact économique est majeur : plus de 11 millions d’euros de retombées, 250 emplois directs ou indirects générés... C’est aussi un atout indéniable pour notre filière végétale, au travers des partenariats noués avec les professionnels, mais aussi pour la vitrine « verte » qu’il offre à l’Anjou. C’est enfin un formidable outil pédagogique pour les scolaires. Sans parler naturellement de sa dimension ludique et particulièrement agréable qu’il offre aux visiteurs. Un vrai condensé de douceur angevine ! ».

Christian Gillet, président du Département

logo_splash_V2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même