Maine-et-Loire, le magazine de votre département - 46 : Novembre-Décembre 2017

Archives

Toutes les vidéos

Collapse

Uncollapse

En chiffre

50
c’est le nombre d’ateliers et d’animations organisés en Maine‑et‑Loire, du 15 novembre au 10 décembre.
Programme complet sur maine-et-loire.fr

Conseil-General-Mars-2011__Marie-Josephe-Hamard-copie.jpg
Marie-Jo Hamard, vice-présidente du Département en charge de l‘environnement 

Parole d'élue

Réduire le gaspillage est aujourd’hui un enjeu économique et environnemental majeur. Depuis plusieurs années, le Département et ses partenaires, l’Ademe et les collectivités en charge des déchets, se mobilisent pour inciter les habitants à préserver les ressources. Afin d’encourager encore plus le réemploi des objets, un programme d’animations a été imaginé en lien avec les acteurs de l’économie sociale et solidaire, les centres socioculturels et la Chambre des métiers et de l’artisanat. Une cinquantaine de rendez‑vous est proposée dans le cadre de cette opération intitulée « Un mois pour réparer, transformer, partager vos objets » : des Repair Cafés et des ateliers de co‑réparation, des soirées débats, des démonstrations et des rencontres avec les réparateurs professionnels...

Marie‑Jo Hamard,
vice‑présidente du Département en charge de l’environnement

infographie_dechets_126x165mm-ret-01-copie.jpg
Retour En avant

Développement durable

Rien ne se jette, tout se répare

Durant un mois, le Département coordonne toute une série d’événements pour donner une deuxième vie à nos objets inutilisés, en panne ou abîmés et éviter, ainsi qu’ils finissent à la poubelle. Reportage à l’association L’Outil en main.

Attachée à transmettre les précieux savoir‑faire artisanaux, l’association L’Outil en main d’Angers s’associe à l’opération de réduction du gaspillage menée par le Département en proposant un cycle spécifique sur la réparation et la transformation. Installée depuis peu route de Bouchemaine, elle rencontre un vif succès auprès des jeunes. « Je suis en train de fabriquer mon deuxième nichoir pour oiseaux », montre fièrement Arthur, 13 ans, très concentré avec son ciseau à bois. Depuis quatre ans, le jeune garçon de Brain‑sur‑l’Authion participe aux activités de L’Outil en main. Comme lui, 45 jeunes de 9 à 14 ans sont entourés chaque mercredi après‑midi par les 65 adultes bénévoles de l’association, pour la plupart d’anciens artisans ou ouvriers qualifiés. Alain est responsable du planning. Chaque enfant passe le voir en arrivant. « On leur propose de découvrir près de 25 métiers manuels : menuiserie, métallurgie, plomberie, peinture, verrerie d’art, couture…, explique‑t‑il. Les jeunes tournent sur des cycles de trois semaines. L’objectif est qu’ils puissent passer dans tous les ateliers en deux ans. » Entièrement rénovés et aménagés par les bénévoles, les nouveaux locaux de l’association permettent aux jeunes de travailler dans des conditions réelles avec de vrais outils. « L’important chez nous est qu’ils peuvent toucher la matière, qu’elle soit bois, métal ou plâtre, souligne Jacky Étienne, président de l’association et ancien menuisier. Ils apprennent les bons gestes pour fabriquer et réparer. »

Créée il y a à peine trente ans, L’Outil en main compte aujourd’hui plus de 164 antennes en France, dont six en Maine‑et‑Loire. Témoin de l’intérêt suscité, celle d’Angers affiche une liste d’attente de 70 jeunes. « Nous recherchons des bénévoles pour ouvrir le samedi », précise Jacky Étienne. Couturière de profession, Danièle anime un atelier depuis 2011. « Quand je suis arrivée à la retraite en 2010, je cherchais comment transmettre mon savoir. Le concept et la convivialité m’ont plu tout de suite. » Cette soif de partager leur connaissance est commune à tous les bénévoles. « Quand on a la passion d’un métier, c’est difficile d’arrêter, c’est un réel plaisir d’échanger avec les enfants, surtout si on peut susciter des vocations », confie Michel, ancien ferronnier d’art. C’est là tout l’enjeu de l’association, donner envie d’aller vers des métiers manuels, trop souvent considérés comme des voies de garage. « 10 % des jeunes accueillis à Angers choisissent ensuite la voie de l’apprentissage », souligne Jacky Étienne.

En images En chiffre Parole d'élue 6 bonnes raisons de ne plus jeter

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo_splash_V2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même