Maine-et-Loire, le magazine de votre département - 39 : Octobre 2016

Archives

Toutes les vidéos

Collapse

Uncollapse

DEP49_SEGRE_MarieJoHamard_2015-ok.jpg
Marie‑Jo Hamard, vice-présidente du Département en charge de l'environnement et du cadre de vie. © Département 49

En chiffres

49
C’est le nombre d’unités de méthanisation que pourrait compter le Maine‑et‑Loire en 2030.
Elles fourniraient en électricité et en chauffage 5,5 % des habitations du département.

50
Vaches laitières couvrent les besoins en chaleur d’un lotissement de 20 pavillons.

Reportage vidéo sur la méthanisation au GAEC des Buissons

Nous sommes un Gaec familial de cinq associés avec différentes productions : du lait, de la viande bovine, des céréales, mais aussi de l’électricité. Adossée à notre élevage de 110 vaches laitières, notre unité de méthanisation fonctionne depuis 2014. Le procédé est fiable. Le biogaz alimente un moteur de cogénération qui produit de l’électricité, revendue à EDF, et de la chaleur qui permet de chauffer les quatre habitations de la ferme et l’eau de l’exploitation. Nous récupérons le digestat pour fertiliser nos terres, ce qui nous permet de réaliser ainsi une économie de 30 % sur l’achat d’engrais minéral.

Anthony Ménard, éleveur à Saint‑Lambert‑la‑Potherie

tumblr_ncep8jOmVV1tzjp91o1_1280-ret-ok.jpg
© Ministère de l‘agriculture, de l‘agroalimentaire et de la forêt

La méthanisation, comment ça marche ?

La méthanisation est un processus naturel de fermentation en absence d’oxygène qui permet à des bactéries de transformer des matières organiques (fumiers, lisiers, déchets agroalimentaires, biodéchets de collectivités…) en deux sous-produits :
• le digestat, valorisé en amendement organique ;
• le biogaz, gaz saturé en eau composé de 45 à 90 % de méthane et de 10 à 40 % de CO2. Il peut être brûlé pour produire de l’électricité ou épuré afin d’être injecté dans le réseau de gaz naturel, ou alimenter les véhicules en biocarburant.

Retour En avant

Focus

Le biogaz a de l’avenir

Menées à l’initiative du Département, des études démontrent le potentiel et l’opportunité de développer les unités de méthanisation en Maine‑et‑Loire.

Pourquoi le Département s’implique‑t‑il dans le développement de la méthanisation ?


Marie‑Jo Hamard : « Dans notre projet de mandature Anjou 2021, nous nous sommes engagés à être un Département porteur de développement durable. La production de biogaz, par le processus de la méthanisation, représente une ressource considérable pour la transition énergétique. En 2015, le Département a mobilisé des fonds de l’Ademe (Agence pour le développement et la maîtrise de l’énergie) pour commander à la Chambre d’agriculture de Maine‑et‑Loire la réalisation d’un schéma de développement de la méthanisation sur notre territoire. »


Quels sont les objectifs de ce schéma ?


M.‑J. H. : « Ces études ont établi un état des lieux et une cartographie de la méthanisation en Maine‑et‑Loire, en fonction des ressources disponibles localement. Aujourd’hui, notre département compte déjà 9 unités en fonctionnement et près de 15 en projet. Ce document reste un outil de prospection que nous allons faire connaître à toutes les collectivités et à tous les acteurs de la filière, notamment les professionnels du monde agricole. Il constitue une aide à la décision et au développement pour les porteurs de projet. »


Quels sont les perspectives et les enjeux en Maine‑et‑Loire ?


M.‑J. H. : « On estime que si l’on utilise 30 % des ressources méthanisables en 2030, le Maine‑et‑Loire pourrait accueillir 25 projets supplémentaires, soit 49 unités qui couvriraient les besoins en électricité et en chauffage de plus de 7 450 maisons de 100 m2. Ce système de valorisation des déchets contribue également au maintien de l’élevage sur nos territoires, puisque la filière agricole est le premier fournisseur de gisement méthanisable. »


Témoignage Reportage vidéo sur la méthanisation au GAEC des Buissons En chiffres La méthanisation, comment ça marche ?

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo_splash_V2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même