Maine-et-Loire, le magazine de votre département - 41 : Janvier-Février 2017

Archives

Toutes les vidéos

Collapse

Uncollapse

Escrime adaptée

Susciter l’émergence de nouvelles pratiques

Cette pratique du sport développée par le SCO escrime fait partie des initiatives soutenues financièrement par le Département dans le cadre d’un grand appel à projets lancé à l’été 2016 auprès des clubs amateurs et des comités de Maine‑et‑Loire. Le Département a décidé de faire évoluer ses aides aux clubs sportifs (hors élite) en privilégiant les projets innovants, plus ancrés dans le territoire et plus cohérents avec ses priorités : solidarités, jeunesse, citoyenneté…

Cette première campagne axée sur « le sport santé » et « l’éducation à la citoyenneté » a suscité un vif intérêt auprès de l’ensemble du mouvement sportif, puisque 80 dossiers de candidature ont été déposés. Au total, 43 initiatives ont été retenues. Elles bénéficieront d’une aide départementale comprise en 1 000 et 4 000 euros. Un second appel à projets sera lancé en avril 2017.

Retour En avant

Innovation

Le sport autrement

Il n’y pas d’âge pour pratiquer l’escrime. La preuve avec le SCO Angers. Une des nombreuses initiatives retenues par l’appel à projets sport lancé par le Département.

« Montez la pointe du fleuret vers le ciel, ramenez la coquille sous le menton, et dirigez l’arme vers le sol… » Carmen Varzaru, maître d’armes de la section escrime du SCO Angers, décompose les trois mouvements du traditionnel salut qui débute chaque assaut. Si ses élèves ont passé l’âge de croiser le fer, ils s’appliquent à répéter le geste, une arme factice à la main, face à un plastron et un masque disposés sur une chaise.
Tous les quinze jours, une dizaine de résidents du foyer logement Roger‑Salmon, à Angers, se retrouvent pour ce cours d’escrime pas tout à fait comme les autres. « C’est adapté pour les seniors, explique Carmen Varzaru. La manipulation du fleuret ou du sabre permet de répéter avec souplesse et légèreté les gestes de la vie quotidienne. À travers ces différents exercices, nous travaillons aussi la mémoire et la concentration. C’est une façon de développer l’assurance à un âge où l’on perd confiance en soi. »
Colette Leroy est une élève assidue : « Dès que j’ai su qu’il y avait des cours d’escrime, je me suis inscrite. Ça me détend, je ne pense plus aux choses compliquées. On fait beaucoup de mouvements souples, excellents pour lutter contre les douleurs des rhumatismes. » De la même façon, Carmen Varzaru propose des séances adaptées aux personnes handicapées ou aux femmes ayant été opérées d’un cancer du sein.


Escrime adaptée Susciter l'émergence de nouvelles pratiques

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo_splash_V2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même