Maine-et-Loire, le magazine de votre département - 47 : Janvier-Février 2018

Archives

Toutes les vidéos

Collapse

Uncollapse

shutterstock_161623076_ER.jpg

Qui sont les mineurs non accompagnés ?

Les conflits armés, les pénuries alimentaires, la pauvreté conduisent de nombreux jeunes à quitter leur pays dans l’espoir de trouver des conditions de vie qui leur permettent de préparer un avenir. Dans la mesure où ces jeunes étrangers sont considérés par la loi comme étant en danger en raison de leur minorité et de leur isolement, leur prise en charge est confiée aux Départements.

En chiffres

480
jeunes migrants pris en charge en 2017 par le Département, soit une hausse de 40 % par rapport à 2016.

5,5 M €
consacrés en 2017.

7 M €
engagés pour 2018.

Contact pratique

Mission Accueil solidaire

Service de l’enfance en danger
Département de Maine-et-Loire
CS 94104 - 49941 Angers Cedex 9

accueilsolidaire.mna@maine-et-loire.fr
Tél. : 02 41 81 42 85

Retour En avant

Solidarités

Accueillir un mineur non accompagné

Confronté à un afflux sans précédent de jeunes migrants sur le territoire, le Département lance un appel à la solidarité citoyenne.

Pourquoi faire appel aux habitants ?


Au regard du nombre croissant de jeunes étrangers qui arrivent sur le territoire et des besoins singuliers de ces adolescents, il convient d’apporter des solutions diversifiées et adaptées. En complément des foyers de jeunes travailleurs, des hébergements collectifs et des maisons d’enfants à caractère social, le Département souhaite développer un accueil plus familial : l’accueil solidaire. Ce dispositif est autorisé par la loi du 16 mars 2016 qui permet le recours au tiers bénévole pour un enfant relevant d’une prise en charge de l’aide sociale à l’enfance sur autre fondement que l’assistance éducative.

Qu’est-ce que l’accueil solidaire ?


Il consiste à héberger un jeune à temps plein ou à temps partiel (week-end et vacances) en vue de lui apporter un environnement relationnel sécurisant et serein, et de faciliter son intégration dans la société française. Bénévoles, les familles bénéficient de l’accompagnement et du soutien des services de la Protection de l’enfance. L’accueil solidaire fait l’objet d’une indemnisation. Une convention signée avec le Département en précise les modalités. Les jeunes restent sous la responsabilité de la collectivité : les actes qui engagent leur avenir social, éducatif ou leur santé relèvent de l’autorité du Département.

Pour quels jeunes ?


L’accueil solidaire concerne les adolescents reconnus par la justice comme mineurs non accompagnés, pris en charge par la Protection de l’enfance et placés sous tutelle d’État prononcée en faveur du Département. Seuls les jeunes volontaires, âgés de 13 à 18 ans, peuvent se voir proposer ce mode d’accueil.

Qui peut se porter volontaire ?


Tout individu ou famille qui possède des conditions d’hébergement suffisantes, un casier judiciaire vierge et qui souhaite s’engager durablement et bénévolement.

Comment devenir famille citoyenne ?


Les personnes candidates peuvent transmettre leur demande à la Mission Accueil solidaire (coordonnées ci-contre). Après une réunion d’information collective, un dossier est complété. Puis, un entretien individuel et une visite du logement sont organisés, où sont vérifiées les capacités éducatives et les conditions matérielles d’accueil. Une fois le projet validé, une première rencontre a lieu avec le jeune, suivie d’un accueil d’une semaine. Si la relation se noue, l’enfant peut alors être confié par décision du président du Département.


Qui sont les mineurs non accompagnés ? En chiffres Contact pratique

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

logo_splash_V2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même